La paire RAYMOND/MARQUIS, ensemble pour une nouvelle saison

En motorisé TT, l’hiver est souvent synonyme de repos. Le Side-car-cross n’échappe pas à la règle, c’est donc l’intersaison. Elle est longue, et si les équipages en profitent le plus souvent pour se reposer, malgré tout, ils ne sont pas sans travail.

C’est le moment pour eux d’affiner les réglages de leurs machines, voire de les changer, mais c’est aussi la bonne période, pour démarcher les sponsors sans qui, la plupart du temps rien n’est possible.

La paire RAYMOND/ALEXIS, respectivement pilote et passager, va entamer (en 2018) sa deuxième saison en championnat de France. En 2017, malgré la blessure d’Alexis, ils ont terminé le championnat à la 13ème place. Il ne fait aucun doute, que le top 10, voire 5, soit largement à leur portée.

Ils possèdent les qualités essentielles, pour former un couple durable et d’une grande efficacité. L’admiration et le respect qu’ils se vouent, respectivement, en est la preuve. S’en est même émouvant, et pour le moins admirable.

Ils ont accepté de répondre à nos questions.     

 

La tradition veut que chaque interview commence par une présentation du pilote. En Side Car, vous êtes deux, alors je vous laisse vous présenter.

Bonjour

Je m'appelle Grégory RAYMOND je suis le pilote

J’ai bien évidemment un métier, je suis technicien piscine depuis 3 ans, après avoir servi la population en tant que pompier durant 14 ans.

Je fais de la moto en loisir depuis que j'ai 8 ans, moto cross, enduro et piste avant de découvrir le Side, il y a 7 ans par le biais de mon meilleur ami avec qui j'ai roulé mes 5 premières saisons

J’ai pratiqué le bi-cross, en race, durant toute mon enfance avec diverses participations au championnat de France, de l’âge de 4 ans à 13ans. A plusieurs reprises, champion de ligues et plusieurs fois finaliste au France.

Le sport fais partie intégrante de ma vie depuis toujours, c'est très difficile de s'en défaire, lorsqu'on a un pied dedans, et d'autant plus quand il s'agit d'un sport mécanique, avec toute les sensations que cela procure.

Je m'appelle Alexis Marquis, j'ai 27 ans. Dans la vie, je suis chauffeur routier et du coup le week end je quitte le volant pour monter dans le panier !  La passion pour le Side car, c'est de famille ! Tout gamin, j'allais sur les terrains avec mon père et mon frère et en 2012 j'ai eu l'opportunité de pouvoir faire quelques tours de roues aux côtés de mon frère, pilote aujourd'hui aussi en Side car. Nous avons roulé deux années  ensemble, et ensuite pour des raisons personnelles j'ai arrêté deux ans. Pour la saison 2016, j'avais l'objectif de repartir et Greg m'a proposé un essai, c’est là qu'a commencé notre aventure.

 

Grégory, revenons un peu sur la saison 2017, qui malgré tout n’a pas été des plus mauvaises. Peux-tu nous en parler un peu, et nous expliquer ce qui s’est passé ?

Oui c’est vrai qu'elle n'a pas été des plus mauvaises, au contraire même, pour une première saison aux côtés d’Alex, c'est très encourageant pour la suite. Nous avons fait un point après la dernière épreuve à Huismes et il en est ressorti beaucoup de positif

Le championnat a très bien débuté pour nous, nous avions fait la finale ensemble à Cussac en 2016 et la journée s'était superbement passée, tant sur la machine que sous la tonnelle. C’est une discipline où cette entente est essentielle. Malheureusement Alex a été blessé au visage et à la main lors de l'épreuve de Thouars ce qui nous a contraint à un repos forcé, à un moment où les courses du championnat se succédaient. C’est la loi du sport, les blessures sont des évènements, dont il faut tenir compte. nous étions à ce moment la 5éme du classement provisoire, et les points qui nous séparaient des autres équipages, étaient serrés, nous comptons donc 9 manches blanches après la blessure, ce qui nous a fait prendre un retard considérable à ce moment du championnat, puisque nos concurrents ont continué a scorer, quand nous sommes revenu, pour l'épreuve de Torcé en vallée, nous étions autour de la 16-17eme place.... à partir de là, nous ne pouvions plus revenir dans les points pour prétendre à terminer le championnat dans les places, ou nous étions avant Thouars. Malgré ça, et après avoir mis les objectifs en place avec Alexis, nous avons roulé à 100% toutes nos manches. Dans un premier temps  pour marquer des points et essayer de revenir au plus près du top 10 au classement et surtout pour nous remettre en confiance et montrer que notre début de championnat n'était pas un coup de chance, mais que nous avions le niveau et la vitesse pour rouler dans le top 10 au championnat, ce qui a donné de belles manches, de belles bagarres, de belles remontées et surtout  une confiance et un plaisir retrouvé et partagé et au-delà du championnat, pour l'épreuve organisée a Chauvigny, nous remportons la journée. Au national de Baugé nous terminons également sur le podium derrière la paire valentin/Elvij et Jan/Bastien, qui sont respectivement les vice-champions du monde 2017 et jan le champion du monde 2016…  Plutôt un très beau podium, pour une première fois, car c'était notre premier podium à tous les 2.

Avec Alexis, vous semblait être un tandem inséparable, et d’une grande efficacité. Quelles sont les qualités qui te plaisent chez lui, et qui font que vous êtes un couple qui dure ?

Nous allons entamer notre deuxième saison avec Alexis, et effectivement notre "tandem à 3 roues" fonctionne plutôt bien.

Comme je l’écrivais plus haut, l'alchimie est importante sur la machine mais je la trouve fondamentale en dehors du temps de course. On se connaissait un petit peu avant de rouler ensemble, mais durant cette saison, nous avons appris à encore mieux nous connaitre. Ainsi, nous pouvons dire que l’entente est parfaite, on partage d'autres moments que le Side car, on passe du temps ensemble en dehors du championnat, on est devenu plus ami que partenaire. L’entente en dehors, conditionne toutes les sensations, performances et dépassements de soi  sur la machine. Je trouve que c'est un sport individuel d'équipe. Il n'y a qu'une machine mais 2 êtres humains qui ne doivent faire qu’un, comment imaginer que ça marche si les 2 personnes ne s'entendent pas ou ne se font pas confiance.

Je ne sais pas si nous sommes inséparables, mais l'idée depuis le début était de mettre un projet en place sur du long terme. Une première saison pour prendre nos repères et voir si nous nous entendions, et continuer si la dynamique était bonne... et fut géniale. L’efficacité vient probablement de notre entente, de notre écoute de l'un et l'autre, et de l'envie de se donner l'un pour l'autre, pour un résultat et une envie commune d'aller plus haut.

Alex a des valeurs, il est persévérant, investi, intègre, il possède de grosses qualités physiques, il s'entraine dur pour améliorer et augmenter sa capacités physique et technique. Contrairement à ce que l'on pourrait croire en regardant une épreuve « je veux dire pour les spectateurs », le passager endure beaucoup plus que le pilote. Il doit être 3 fois plus prêt physiquement que le pilote en début de saison parce que l'effort qu'il fournit est beaucoup plus violent, tant sur l'aspect physique qu'au point de vue de la concentration, ajouté à  ça, le fait qu'il ne peut pas ralentir lorsqu'un coup de fatigue ou un coup reçu, arrive. Pour nous pilote c'est plus simple, quand la fatigue arrive on décélère, on roule moins vite, c’est naturel et humain... et dans le même temps on case le rythme pour le passager, et par la même, on le fatigue un peu plus. Si on se déconcentre, on rate un freinage, un virage, la sanction est directe pour le passager qui doit fournir un effort supplémentaire.

Tout ceci pour dire qu’Alexis, quoiqu’il arrive, ne se plaint jamais et surtout n'est jamais fatigué... il est dur au mal, endurant et vraiment robuste. Humainement c'est une belle aventure que l'on vit. Il a encore une belle marge de progression devant lui c'est certain

Alexis, même question, quelles sont les qualités qui te plaisent le plus chez Grégory ?

Le side car, ce n’est pas seulement une entente sur la moto, c'est aussi une entente en dehors et avec Greg ça a collé de suite. C'est quelqu'un d'entier, qui sait dire les choses quand il y a besoin, il est respectueux. C'est aussi un mec plutôt extraverti, ce qui apporte bien souvent de la  bonne humeur sous le stand ! Il arrive à apaiser les moments plus difficiles quand il y en a ! Je dirais qu'on s'est plutôt bien trouvé et on apprécie même de se voir en dehors des terrains.

Grégory: La saison 2017 est passée. L’intersaison étant assez longue, as-tu suivi un entrainement spécial afin de rester en forme physique avant d’entamer le championnat 2018 ?

Alors, pour être franc, je vis pas mal sur mes acquis de mes années passées chez les pompiers, et les entrainements quotidiens, c’est une chance pour moi. De plus mon travail actuel me donne une activité physique assez importante, tant au point de vue de la force que de la résistance, au quotidien.

je fais quand me 2 séances de Babington par semaine, des sorties vtt et surf le week end, pour entretenir le cardio mais pas de prépa à proprement parlé, plutôt de l'entretien..  et si  le reconditionnement et la préparation du Side neuf, me prend pas mal de temps il faut également aller à la recherche de nouveaux partenaires et sponsors, garder le contact et remercier ceux qui nous font confiance depuis plusieurs saisons, ce qui prend un temps considérable, ajouté au travail cela ne rend pas les choses simples.

L’intersaison c’est aussi le moment pour déconnecter du monde de la compétition. Prendre le temps de voir les amis, la famille de profiter d'aller voir des concerts etc, car durant la saison, pour être en forme les week end de courses, cela nous impose une rigueur de tous les instants. En général à la suite d'une épreuve, on récupère à partir du mardi- mercredi ce qui implique, une rigueur alimentaire, du sommeil, et de la récupération active également, donc du temps et une fois encore tout ceci en plus du boulot...

Même question pour toi, Alexis. De quelle façon t’entraines-tu afin de rester en grande forme ?

La période d'hiver, c'est pour moi le moment de bosser un maximum niveau sport. Je mise beaucoup sur le cardio pour gérer au mieux les manches. Par exemple, je me planifie en général deux sorties en course à pied, une sortie vélo et un cours collectif en salle de sport par semaine, si on ne roulait pas le week-end, si c'est le cas, je réduis mon temps de sport, pour être en forme le weekend. Je fais deux poses de 15 jours pendant la trêve hivernale, pour me ressourcer un peu et profiter de ma famille ! La saison commencée, je réduis de plus de moitié mon activité sportive. Après un week-end de course je m'autorise une séance vélo et une sortie course à pied seulement. Pendant la saison, je suis plus dans une optique de récupération que de perfectionnement!

Grégory, peux –tu nous parler de votre machine. Est-ce la même pour cette nouvelle saison, et si oui quelles sont ses caractéristiques ?

Non pas tout à fait, pour 2018 on s'est fait un petit cadeau, avec un châssis neuf de chez WSP , c'est la même marque que l'an passé mais neuf pour plus de confort. Néanmoins on garde notre base de moteur 4 tps KTM à carbu, question de budget! C'est une base de moteur 530cm3 monté sur les motos d'enduro et nous avons apporté quelques modifications, principalement sur la cylindrée qui est de 590cm3 ce châssis est développé et fabriqué par M. Daniel WILLEMSEN (the king), avec son palmarès et son sens technique il a développé, le meilleur châssis du marché, maniable, léger, agile, c’est le top…

Grégory, malgré vos problèmes en 2017, vous terminez le championnat à la 13ème place. Quels sont vos objectifs pour 2018, tant pour le championnat de France, que votre participation au Mondial ?

Effectivement on termine 13éme en 2017 avec un peu de frustration, mais on garde en mémoire les manches, le résultat n'est pas représentatif de nos résultats en manches et surtout de la finale à Huismes, où nous partons 3 fois dans les 3 premiers avec même un holshot lors de la dernière manche!!

Nos objectifs pour 2018 restent les mêmes pour championnat de France : être dans le top 10 et essayer d'approcher le top 5 de manière régulière. C’est ambitieux, mais pas irréalisable et si quelques manches nous permettent même un top 3 ce sera la cerise sur ce beau gâteau. Pour Alex et moi en ce qui concerne le mondial, idem, on reste sur nos objectifs de 2017, qui seront d'être dans le top  20 sur les épreuves auxquelles nous participerons, et pourquoi pas de marquer notre premier point en mondial.

Nous savons tous combien l’assistance est importante dans ces disciplines. Peux-tu me parler de la vôtre. Qui est ce qui s’en occupe ?

Tout à fait, l'assistance est primordiale, ça conditionne toute la journée d'une épreuve, je n'en ai pas eu pendant les  premières années, car très difficile de trouver des gens dévoués, et de qualité. Il faut bien comprendre que ce sont des gens qui se mettent dans l'ombre toute une saison sur chaque épreuve pour que nous puissions nous amuser tous les dimanches.

Ils subissent nos humeurs, notre stress et ne récoltent que peu de gloire. C’est du coup un exercice difficile que de trouver des personnes de valeur et prêtent à endosser ce rôle. Mais depuis 2 ans, je dois dire que le team a la chance d'avoir trouvé les oiseaux rares. Teddy qui me suit depuis 2 ans et Jonathan, le frère d’Alex, qui nous a suivi toute la saison en parallèle de son championnat de TGO, sur toutes les épreuves du championnat de France et sur le mondial à Iffendic.

Ils sont là, sur les courses pour préparer, réparer le Side entre les essais et les manches, le laver le soir avant de repartir, ce qui me fait gagner un temps précieux la semaine pour le reconditionnement. Après, ayant le Side à la maison durant la semaine j’y consacre entre 3 et 8h de remise en état, d'entretien et réparation pour le week end suivant.

Idéalement, on recherche quelqu'un qui pourrait venir faire une partie de l’entretien la semaine, mais une fois encore ce n’est pas simple à dégoter. je signale au passage, que même les gars du mondial, a tous niveaux, en sont au même point que nous, du coup on va pas se plaindre de notre sort. Mais les copains qui sont là le week end font un boulot de fou, on a une confiance aveugle dans ce qu'ils font et sans eux on ne pourrait pas sortir d’aussi bons résultats, sans compter que la famille gère la logistique, qui sont la a nous motiver, nous encourager sur le bord de la piste, s’occupant aussi de toute l'intendance. Le team Side car passion#81, ce n’est pas que les 2 mecs sur la machine, mais toutes ces personnes, qui contribuent à ce que la saison puisse exister.

Pour finir, un mot sur le côté financier, sans qui rien n’est malheureusement possible. Comment cela se passe-t-il pour vous, avez-vous assez de sponsors et est-ce difficile d’en trouver ?

Et bien comme tous les sports mécaniques ça coute cher et de plus en plus...

Une saison pour nous, c'est un budget total d'environ 15000€, sans l'achat de la machine et de nouveau moteur. L’entretien, les pneus, reconditionnement moteur... on fait presque tout nous-même, que ce soit échange des pistons distributions, boite de vitesse etc…  Sauf pannes particulières où là on s'en remet à notre partenaire, Yohan qui gère la société MECAPASSION.

Mais la quasi-totalité est un financement personnel c'est très difficile de trouver de l'argent auprès de sponsors, nous avons la chance d'en avoir quelques-uns qui nous fournissent du matériel, mais il est vrai que les dons financiers se font rare.

Pour la saison 2018 et pour épauler toute l'équipe, nos partenaires et sponsors, qui nous file un sacré coup de pouce sur le plan technique, je pense à OXMOTO La Roche sur Yon pour les pièces d’origine, RENARD SUSPENSSION qui est notre préparateur suspension, depuis nos débuts, avec une assiette et une stabilité de dingue. On a un gros partenaire pour les fluides avec FUCH-SLKOLEN pour l'intermédiaire du Garage AMP NEUVILLE, SAUMUR MOTO PASSION pour les pièces standards et d'autres comme M2B, AFAM, IDMX, MECAPASSION, NATHBRIONPEINTURE, SMOUCHIS'PIX, FS7PRD, HYPERCASINO Longeville sur mer, PMXDESIGN qui nous suivent depuis plusieurs années sur le plan logistique. Mais il est vrai que pour la saison qui s'annonce, il va nous falloir trouver encore une grosse partie du budget, parce que sinon nous ne pourrons pas participer à l'ensemble des épreuves et du coup nous ne pourrons pas atteindre nos objectifs…

Il existe différentes façons d'aider des associations et de devenir partenaire, soit sous formes de mécénat, soit sous formes de dons, déductibles des impôts pour les entreprises et les particuliers.

Il est très simple de trouver les explications sur le net pour comprendre comment participer à ce projet ou bien, nous contacter via la page face book du teampassion side-car-cross #81 et nous nous ferons un plaisir de vous renseigner pour pouvoir participer à cette belle saison 2018.

 

Donc pour répondre clairement à ta question, il est difficile de trouver des sponsors et nous sommes en recherche permanente, à l'intersaison et durant la saison, on ne s'arrête jamais...

Retour

Ajouter un commentaire


Soutenez-nous !
Suivez-nous !