Seulement 22 ans: Handicapé, mais pas arrêté, il sera au TOUQUET...

Il mérite, toute votre attention !!!

Parfois, la vie nous réserve des surprises pour le moins inattendues, et pas toujours agréables. Nous savons tous combien les sports motorisés TT, peuvent se révéler dangereux, et la moto, cross ou route, n’échappe pas à la règle.

Ils sont rares, ceux qui en moto n’ont jamais chuté, provoquant ainsi, des conséquences plus ou moins grave. Certains on subit de gros traumatismes, et ont par la même passé du temps en milieu hospitalier. Le plus souvent, et c’est heureux, les pilotes concernés remontent plus ou moins rapidement sur leur machine, l’accident ne devenant plus qu’un mauvais souvenir.

Mais certains, ne s’en remettent jamais. Soit le traumatisme a engendré une peur insurmontable, soit il laisse des lésions physique irréparables.

Nous ne naissons pas égaux devant l’adversité, et encore moins devant le mal. Quand certains sombrent, d’autres, trouvent une force en eux, qui leur permet de rebondir et d’organiser différemment leur vie. Mais peu nombreux sont ceux qui trouvent cette force qui leur permet de remonter sur une machine, même adaptée.

Gil RICHARD, fait partie de ceux-là. Un jour, Il a chuté si lourdement, que sa vie en fut totalement transformée. Aujourd’hui, il se déplace en fauteuil roulant, mais son courage, sa ténacité, mais aussi son entourage fait, qu’il est remonté sur une machine, et plus encore, participe à certaines épreuves du championnat de France sur sable.  

Il s’élancera dans le flot des 338 participants du Quaduro, le 27 Janvier prochain.

Vous le reconnaitrez facilement car il sera le seul dans ce cas, et pour la circonstance, portera un dossard bleu.

Il mérite, toute votre attention, notre respect, et nos chaleureux encouragements.

Gil à bien voulu se prêter à l’interview qdso, et avec une immense modestie nous raconte son histoire. Merci GIL    

 

Pour ne pas déroger, à la tradition, sur qdso, on va commencer par la présentation.

Je m'appelle Gil RICHARD, j'ai 22 ans, Je suis sans emploie, mais je suis une formation.  

 

Gil, tu es un passionné de motorisé TT, et c’est vers la moto que tu t’es tourné. Peux-tu nous parler des origines de cette passion, et de ton parcours dans cette discipline ? 

J'ai commencé la moto à 5 ans, c'est mon père qui m'a transmis cette passion.

Puis j'ai pris des cours chez Joël BORDET au moto club de St Savinien. On partait les week ends  avec mon père sur les courses de moto.

Je suis passé à peu près par toutes les catégories 85 125 250. Quand je suis passé en 250, j'ai alors commencé les courses de sables

Je n'ai jamais arrêté jusqu'à mes 19 ans

Il n’y a pas si longtemps, un accident est venu bouleverser ta vie, et par la même, a stoppé tous tes projets en motos. Peux-tu nous raconter les circonstances de cet accident, et les conséquences qu’elles ont engendré, sur ton corps ?

Le 16 Novembre 2015, je m'entraînais chez moi. Sur un double, je suis passé par l'avant de la moto.

Atterrissage sur le dos, fracture d'une vertèbre ce qui a endommagé la moelle épinière

Heureusement pour moi, mon père venait d'arriver, il a donc pu réagir rapidement.

Pompiers et smur ont été très réactifs, direction POITIERS et chance pour moi j'ai été opéré par un très bon neuro-chirurgien.

Mais toutefois, Je suis devenu paraplégique

Les êtres humains sont tous différents, et chacun a sa façon de réagir devant les difficultés. Tu sembles très fort, et aujourd’hui tout le monde peut constater que tu ne t’es pas laissé abattre. Peux-tu nous parler de ce que nous pourrions appeler « ta renaissance » ?

Je suis resté 7 mois en centre de réadaptation, ce fut très long...

Mais grâce à cette rééducation, j'ai pu récupérer une bonne ceinture abdominale et une partie de mes quadriceps.

J'ai eu cette chance d'avoir énormément de soutien de mes proches (famille comme amis), qui ont fait les déplacements à l'hôpital, comme en centre de rééducation. Ce qui ne fut pas simple pour eux,  car ce n'était pas à côté. Ces mêmes amis ont créés une association « GAFF 884 ». Elle a eu pour but, de décharger mes parents du côté financier, Ce qui leur a permis de s’occuper pleinement de moi. La maison n'étant pas adaptée, il a fallu créer un studio attenant.

Celui-ci a été financé de A à Z.

Sans compter les artisans qui sont intervenus gracieusement. Je leur en serai éternellement reconnaissant.

Paraplégique, tu n’as pas voulu abandonner le sport motorisé tout terrain. C’est donc vers le quad que tu t’es tourné. Peux-tu nous expliquer comment cela a pu être possible, et quels sont ceux qui t’ont aidé ? 

Très tôt j'ai eu envie de reprendre le sport mécanique et le quad me paraissait le plus accessible

Tous mes amis m'ont soutenu dans ce projet.

Mon ami Kévin (ROCHEREAU) m'a fait rencontrer Nicky JUGIE (qui lui aussi est paraplégique), et qui fait du quad depuis quelques années.

Il a pu me conseiller sur les différentes adaptations pour les quads.

Tu es sans nul doute, doté d’un courage et d’une détermination, sans limite. On pourrait d’ailleurs penser, que tu les as atteintes. Mais ce serait mal te connaitre, de croire que tu allais t’arrêter là. Aujourd’hui, tu as donc décidé de te lancer dans la compétition, et pas la plus simple, puisque tu choisis le championnat de France des Sables. Peux-tu nous raconter comment t’est venu cette idée, et nous expliquer comment cela se passe pour toi dans la pratique ?

Après mon accident l'idée de refaire du sable m'a toujours trotté dans l'esprit, car je faisais déjà du sable en moto.

J'ai pris contact avec la FFM pour  savoir si je pouvais participer à ce genre de course, une fois ma licence validée, je me suis engagé.

Je suis plutôt surpris, mais ça se passe bien pour le moment, même si j'espère un peu plus de résultat au TOUQUET.

Dernièrement tu as participé, à la ronde des sables à HOSSEGOR. Tu termines à la 128ème place, laissant bon nombre de pilotes derrière toi. Nous savons tous combien ces courses sont éprouvantes physiquement. S’aligner au milieu de 170 pilotes, semble déjà oser, mais au Touquet, ce sera dans un peloton de 338 participants, qu’il te faudra œuvrer. Comment vas-tu aborder cette épreuve, qui est mythique en France, et quel est ton objectif ?

Je vais essayer d'aborder cette épreuve calmement, car il ne faut pas que je fasse d'erreur.

Je reste plutôt compétiteur, je suis vraiment très pressé de rouler là-bas en espérant faire le meilleur résultat possible.

Quoique tu en penses, ton parcours est une leçon d’humilité, et de courage. Si tu avais un message à faire passer aujourd’hui, « à ceux qui comme toi, suite à un accident n’ont plus qu’une mobilité réduite, mais aussi à tous les valides » quel serait-il ?  

A part l'apparence physique, ma vie n'a pas spécialement changé. C’est vrai, je mets un peu plus de temps au quotidien,   Et encore...

Je n'ai pas le sentiment d'être courageux, même si je ne suis pas du genre à baisser les bras

J’ai surtout été porté par mon entourage.    

Retour

Ajouter un commentaire

Commentaire de vincent |

Gilou,

Quel courage, tu es formidable.

Commentaire de Bertin |

Salut Gilles à demain chez Jordan avec un grand plaisir et surtout avec un grand respect et un grand courage de ta part

Commentaire de Duchesne Frédéric |

Salut a toi moi c'est Frédéric Duchesne je suis moi handicapé et je pratique le quad aussi
Je suis président du club quad nature pour tous dans le calvados et mes membres et moi organisons des randonnées en Suisse Normande si tu souhaite faire une sortie avec nous contact nous se serais avec plaisir de te rencontrer.
Et d'échanger nos expériences.
bonne route et à bientôt je l'espère.

Commentaire de BABOU 17 |

SALUT A TOI MEC JE SUIS AU RESPECT DEVANT TON COURAGE TU ME DONNE TOUJOURS DU FIL A RETORDRE DANS NOS COURSES JE DIT BRAVO POUR TON ESPRIT SPORTIF A BIENTOT SUR LES TERRAINS ET SURTOUT MERDEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE POUR LE TOUQUET

Commentaire de LEBRUN Thierry |

Respect a toi bonne course au Touquet une belle leçon que tu nous donne allez mec GAZZZZZZ !!!!



Soutenez-nous !
Suivez-nous !